Old Dinky Toys, Corgi Toys...!

Les conseils suivants sont issus de mon expérience en la matière, ils me sont personnels et n'engagent que moi, d'ailleurs les "puristes" ne les apprécieront certainement pas.
Tout d'abord, une petite mise au point, je ne possède que des épaves restaurées :
1er pour une question financière, on peut les acheter relativement bon marché.
2er c'est un plaisir de rendre vie à des miniatures normalement vouées à la poubelle.
Pour l'anecdote, l'origine du tracteur avec sa semi remorque Bedford représenté ci dessous : * Dinky Toys n° : 521/921/409 *
* la cabine trouvée dans un jardin, servait de cendrier lors des soirées d'été,
* le châssis est une fabrication maison,
* la remorque est une agricole à 4 roues, achetée aux enchères sur I Bazar et transformée.
3er je trouve scandaleux la spéculation existant à l'heure actuelle sur les Dinky Toys "neuves en boîte" les prix sont devenus exhorbitants.
Mais à chacun son plaisir, je ne suis pas juge.

Il est maintenant certain qu'un modèle X en parfait état dans sa boîte doit avoir une valeur nettement supérieure à une épave.
De là à arriver aux prix pratiqués régulièrement relèvent tout simplement de la spéculation et encore une fois je trouve cette manière de faire scandaleuse et c'est bien le reflet de notre société actuelle qui gonfle artificiellement les prix, suivant l'offre et la demande ce qui est normal en soi mais démontre par là que seules les personnes dont les revenus sont très aisés pourront se permettre une collection Dinky Toys digne de ce nom.
Eh bien moi, je dis non, je préfèrerai toujours une Dinky Toys restaurée par moi-même, j'en fais une satisfaction personnelle qui à mes yeux est nettement plus valorisante que le stupide achat aux enchères d'une belle pièce conservée dans un état nickel (ce qui n'est pas normal car au départ n'oublions pas que les Dinky Toys étaient des jouets et que tout enfant normalement constitué jouait avec). Il est également vrai qu'il est de plus en plus difficile de trouver des épaves (à des prix raisonnables) car les "brocanteurs" ont maintenant compris le parti qu'ils pouvaient en tirer, ce qui est de nouveau bien dommageable car une belle restauration n'est pas une sinécure et revient quand même à un certain prix en pièces et en nombre d'heures de travail mais dans ce cas, qui est le mien, quand on aime on ne compte pas.
Quelques conseils relatifs à la restauration de miniatures anciennes !
Tout d'abord les ennuis d'oxydation des pièces non peintes, si la miniature est en bon état et qu'une restauration complète ne s'impose pas, je repolis les pièces oxydées avec un papier à poncer très fin (1200/1500) suivi d'un polissage à l'aide d'un coton-tige avec un polish chrome voiture puis, si la pièce doit rester dans un état "métal", je la recouvre d'un vernis transparent. Maintenant, en ce qui concerne le problème d'oxydation spécifique aux anciennes Dinky Toys, c'est un phénomène relativement grave et irréversible, d'ailleurs un dossier tout à fait explicatif sur ce phénomène appelé "la métal fatigue" est paru il y a quelques années dans les bulletins du club Dinky Toys et avec lequel je suis tout à fait d'accord sur les moyens (aléatoires) de traitement.
Si vous êtes intéressés par ce Club, cliquez sur la carte de membre ci-dessous :
Lors d'une restauration je démonte la miniature complètement, les pièces métalliques sont, après décapage de la peinture, désoxydées dans un mélange 50/50 d'acide chlorhydrique et d'eau.
Attention, ne jamais traiter les pièces en zamac dans ce bain, elles seraient dissoutes en quelques minutes.
Après ce traitement, les sécher rapidement et les traiter à l'aide d'un anti-rouille à base de zinc à froid puis comme généralement ce sont les châssis, les repeindre avec un noir brillant en spray.
J'effectue le démontage des chassis par forage des têtes de rivets et lors du réassemblage des pièces restaurées je refais un "rivet" avec de la colle araldite rapide à 2 composants, je signale qu'il existe de faux rivets à coller vendus dans le commerce pour cacher un démontage, ce qui n'est bien évidemment pas mon cas, donc après séchage du bourrelet de colle, je peins celui-ci en gris argent.
Une autre solution beaucoup plus élégante mais aussi plus délicate, consiste en le forage et taraudage des fixations du chassis dans la coque, le chassis sera alors assemblé à l'aide de 2 petites vis diamètre : 2 mm.
Le traitement des coques en "zamac" :
Pour ce qui est du décapage préliminaire, car il faut absolument, pour obtenir un bon résultat, enlever toutes traces de peinture ancienne, j'emploie pour le zamac le décapant industriel spécial carrossier car je puis vous assurer de l'excellente qualité de la peinture d'origine qui ne part généralement pas facilement avec les décapants vendus en grandes surfaces.
Vous pouvez également employer, si vous deviez décaper des pièces en matière plastique, du liquide pour freins d'automobiles, il a le gros avantage de dissoudre la peinture et de ne pas attaquer les plastiques, surveillez-les régulièrement car après de nombreuses heures, vous pourriez avoir une désagréable surprise.
Cela fonctionne également pour le zamac mais c'est beaucoup plus long. Après ce décapage, un bon rinçage n'est pas superfu, suivi d'un séchage et d'une bonne inspection de l'état de la "carrosserie" redressage, ponçage des inégalités et remplissage des petits dégats à l'aide d'un mastic polyester 2 composants avec particules métalliques employé généralement pour les réparations de plomberie ou automobiles, resuivi de ponçage jusqu'à l'obtention d'une coque en parfait état.
Il sera alors conseillé d'appliquer un couche de fond primaire et reponçage avec papier carrosserie à l'eau, grain 1200/1500.
Pour la peinture :
je me suis bricolé une "caisse" à 3 côtés, placée sur une petite table et surmontée d'une vieille hotte de cuisine avec filtres pour aspirer les vapeurs de peinture, si vous peignez régulièrement je vous recommande vivement l'usage d'un masque prévu pour les brouillards de peintures.
J'emploie soit la peinture en bombe automobile, soit la peinture spéciale miniature Tamiya (excellente mais un peu chère) ou exceptionnellement un aérographe.
A ce sujet, je dirai qu'il n'est pas difficile d'emploi mais comme pour tout, il faut quand même un certain apprentissage et je pense qu'il est bon de s'entraîner sur quelques épaves. Un point à ne jamais négliger c'est, dès l'arrêt du travail, de démonter complètement et nettoyer l'appareil après chaque usage, je déconseille totalement les modèles fonctionnant à l'aide d'une bombe de butane pour deux raisons, la première est une question de sécurité évidente, la seconde est que la bombe est givrée après quelques minutes, la pression tombe et la peinture est ratée à cause de la chute de celle-ci. Il vaut mieux dans ce cas faire l'achat d'un petit compresseur prévu pour ce genre d'emploi.
En ce qui concerne l'originalité de la peinture, j'en tiens très peu compte, il m'arrive même de quelque fois les vernir tout en restant plus ou moins dans les teintes de l'époque, notez qu'il existe des teintes originales relativements mates, évidemment plus près de la réalité mais là aussi c'est une question de choix personnel.
Pour ce qui est de l'application, il est préférable d'appliquer 2 à 3 fines couches à quelques minutes d'intervalles qu'une seule.
Au sujet des pièces de rechange, parties transparentes, roues, pneus, accessoires, pièces diverses, peinture d'origine, enfin tout ce dont vous avez besoin pour la restauration de Dinky, Corgi, etc..., vous trouverez toutes ces pièces chez Modelcarparts, voir encadré ci-dessous, le Saint Bernard du restaurateur de miniatures. Il possède d'ailleurs un catalogue en ligne que vous pouvez consulter via Internet ou l'acheter "support papier" pour une modique somme.
Concernant les anciennes Norev, je déconseillerai tout à fait leur restauration. Généralement le plastique a très mal vieilli et elles se déforment même après leur remise en état, raison pour laquelle je les ai abandonnées. Je ne restaure plus que les miniatures en zamac, Dinky Toys, Corgi Toys, etc...
De nouveau, pour l'anecdote, après l'été dernier, dans une vitrine qui est pourtant bien à l'ombre, j'ai retrouvé un break 404 Norev que j'avais restauré, tordu comme une vieille banane.
Je tiens à ajouter que la production actuelle de cette marque est irréprochable.
J'espère avoir pu vous aider dans la mesure de mes moyens et je reste à votre écoute en cas de besoin.

Christian




Christian Decroly.
Site réalisé avec :
Contact : track491@gmail.com