Conseils pour le remisage !




Quand l'hiver est à nos portes, il faut penser à l'immobilisation prolongée de notre/nos chères anciennes, car si la meilleure solution est de sortir la voiture au moins une fois par mois, en s'occupant tout spécialement de l'entretien correct de la batterie, en débranchant la cosse négative entre chaque promenade, ou mieux en installant un coupe circuit général, il faut bien comprendre que cette solution est pourtant à proscrire car, à moins d'habiter un endroit privilégié question climat, il serait négatif de rouler en ancienne sur des routes humides et généralement salées en période hivernale. Il apparaît dès lors plus judicieux de procéder à un hivernage dans les règles, voici quelques petits conseils qui j'espère, vous seront utiles.



Le MOTEUR : Vidangez !
Il est très important de vidanger car la propriété anti-oxydante de l'huile s'est forcément dégradée au fil des kilomètres.
Ne laissez jamais le carter vide, mieux vaut remplir au-delà du niveau quitte à vidanger le surplus à la mise en route, employez toujours une huile d'excellente qualité adaptée à votre moteur il est illusoire d'essayer de faire des économies sur ce point crucial.
Autre priorité : Dans le but d'éviter le gommage des segments et des queues de soupapes dans les guides, une petite quantité d'huile neuve et fluide (de préférence huile pour 2 temps) versée directement dans le carburateur pendant les derniers tours du moteur après avoir emballé (légèrement) celui-ci et après avoir coupé le contact.
Le RESERVOIR A CARBURANT :
Faites le plein, il ne s'oxydera pas.
Par contre, on videra le carburateur dont l'essence crée en séchant des dépôts qui bouchent les conduits et les gicleurs
l'EMBRAYAGE :
Pour éviter le collage du disque, il peut s'avérer judicieux de caler le mécanisme d'embrayage en position débrayée.
Le CIRCUIT DE REFROIDISSEMENT : La qualité !
En cas d'arrêt prolongé faut-il vidanger ? NON. En effet il est de loin préférable de laisser le circuit rempli avec un liquide de refroidissement, de type " 4 saisons " d'excellente qualité notamment au niveau anti-corrosion, (attention aux liquides bon marché !), ne regardez pas à la dépense.
Les conséquences d'un circuit de refroidissement asséché sont, en effet, désastreuses pour le radiateur, les joints de pompe à eau et la corrosion interne du moteur.
La BATTERIE : Une seule solution valable !
En effet la seule solution vraiment efficace consiste à installer en permanence un appareil de charge automatique à très faible débit, qui a l'avantage de pouvoir rester branché indéfiniment sur l'accu, sans crainte de surcharge puisque leur régulation électronique ne se fait qu'en fonction des besoins ponctuels de la batterie, pour plus de renseignements, cliquez ci contre :
Les TRAINS ROULANTS et les organes du châssis : Pneus, graissage !
Tout dépend de la durée du stockage. En dessous de six mois, il suffit en général de surgonfler les pneus, 2,5 kg me paraissent une bonne moyenne.
En ce qui concerne toutes les articulations du chassis, un bon graissage s'impose.
Les FREINS : Attention à la corrosion et au blocage des pistons !
Les câbles de frein ne demandent qu'un graissage soigneux. Il en va autrement d'un système hydraulique, le liquide de frein est particulièrement hygroscopique (il capte l'humidité), et vidanger le circuit de freinage fera sécher tous les joints de caoutchouc d'étanchéité des étriers, cylindres de roues et maître-cylindre. Les solutions : au moins tous les 2 ans remplacer le liquide ou nec plus ultra le remplacer par un fluide au silicone insensible à l'humidité qui préservera ainsi le circuit hydraulique des attaques de la corrosion. Mais ATTENTION ne pas employer ce produit dans un véhicule qui a contenu un liquide classique, ils sont INCOMPATIBLES, cette solution n'est envisageable qu'après une réfection totale des freins (partie hydraulique).
La CARROSSERIE : Laver et bichonner !
Lavez votre véhicule et passez aussi sur la carrosserie un produit à base de cire pour la protection des métaux, chromes et peintures, et qui prévient la pénétration de l'air dans tous les micropores. Protégez aussi les chromes à l'aide de vaseline neutre ou d'un produit spécial qui existe en bombe, plus facile à manipuler. Nous veillerons aussi aux joints de caoutchouc qui souffrent le plus. Avant toute chose, il faut bien les laver, puis les recouvrir de glycérine ce qui les empêche de sécher. On peut aussi laisser tous les ouvrants entrebaîllés afin d'éviter que les caoutchoucs ne se déforment, ce qui permet par la même occasion d'aérer l'habitacle. Enfin, recouvrez l'auto d'une toile de coton (vieux drap), c'est l'idéal, mais jamais d'une bâche plastique, sous peine de créer une condensation qui aurait tôt fait de pourrir tant les parties métalliques que l'habillage interne.


Page d'accueil tracteurs
Signer mon livre d'or !

Christian Decroly
Le 22 janvier 2003
Contact : track491@gmail.com